Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2015

ASW 20 Valenta

ASW 20

 

asw20,planeur,valenta

Après avoir acheté un Volcano de Valenta il y a quelques années, j'ai de nouveau craqué pour  l'ASW20 de ce fabricant. J'ai choisi la version winglets courts, la seule disponible au moment du coup de cœur, et je n'avais pas envie de m'encombrer de ces appendices. Peu de choses à dire sur la construction de ce planeur, mais quand même.

 

Les servos sont des Futaba S3150 et deux S3102 pour les AFs dont un que j'ai inversé (croisement fils moteur et potentiomètre) car j'utilise une seule voie pour les deux AFs n'ayant que 8 voies disponibles.

La verrière: superbe, avec en plus la marque de la découpe.Donc, je découpe suivant la marque et résultat, il manque au moins 2mm sur toutes les dimensions! Pour la coller, c'est difficile, car la verrière est collée à l'intérieur du baquet, donc quand on va appuyer la bulle contre l'intérieur du baquet, une colle liquide risque de déborder et pas question d'employer de la colle contact, trop risqué. Donc j'ai opté pour la cyano, j'ai immobilisé la bulle contre le baquet avec du scotch marron collé à l'extérieur de la bulle. Résultat, la cyano est remontée sous le scotch à certains endroits, laissant des traces indélébiles. Et puis ça n"a pas collé correctement. J'ai donc trouvé une autre solution, l'utilisation d'un mastic 2 composants sous forme de bâton que l'on malaxe. J'ai fait des petites boules et je les ai aplaties moitié dans le baquet, moitié contre la verrière. Avantage on contrôle parfaitement l'endroit ou l'on colle, pas de risque de taches, et c'est très solide. En mettant des boules tous les 2cm, c'est suffisant, mais on peut aussi faire de grands boudins et aplatir tout le long.

 La profondeur: j'ai découpé un bout de ctp pour le servo de profondeur. Découpe en U, car le servo est contre une des parois de la dérive. Chape à boule obligatoire côté servo. Au résultat aucun jeu si ce n'est celui du servo. Il faudra limer le haut de la dérive pour que la chape puisse débattre sans frotter.

 La dérive: j'ai immobilisé le bout de ferraille plié qui sert d'axe de rotation avec de la "choucroute" résine+tissu de carbone coupé. Pour la fixation du haut, j'ai fraisé dans le haut de la dérive un emplacement pour un boulon de 2mm collé. L'axe du haut sera une vis de 2mm  vissée dans ce boulon et traversant le support collé dans la dérive.

 La motorisation: Un moteur Turnigy Aerodrive SK3 - 4250-410kv et un cône graupner 45mm. Je découpe le nez à 43mm et ensuite je peaufine à la lime ou mieux un carré de bois 10x10 avec du papier abrasif gros grain collé dessus en ayant soin de ne mettre aucun couple piqueur ou anti-couple. Ça se fait à l'œil facilement. Mettez le fuseau aligné horizontalement, il faut que l'axe du nez et l'axe passant par le centre de la poutre soient à la même hauteur du plan de travail. Avec une équerre, il est facile de contrôler la perpendicularité de la découpe avant, et pour l'axe horizontal, se fier à son jugement, l'œil humain est suffisant pour cela.  Ensuite il faut avec une mini perceuse araser le raccord de fibre à l'intérieur du fuseau pour que le couple moteur rentre facilement. Ensuite je place le moteur sur le couple et j'engage le tout. Je met le cône sur l'axe moteur et je serre de façon que le cône s'appuie sur la découpe du fuseau et bloque le couple dans le fuseau. Si la découpe est correcte, l'axe sera forcément correct aussi. Par l'intérieur du fuseau mis vertical, je glisse un peu de colle époxy rapide avec un tournevis fin pour immobiliser le couple. Une fois le moteur enlevé, j'immobilise le couple avec quatre rubans de tissu de verre posé à 90° qui vont d'un bord à l'autre du fuseau et qui s'appuient sur le couple moteur. 4 épaisseurs croisées suffisent. Ensuite, on peut encore consolider le côté extérieur du couple avec de la résine et du micro-ballon.

Caractéristiques de la propulsion:

Accu Turnigy nano-tech 4000mah 5S 25~50C Lipo Pack 500g

Variateur HobbyKing Red Brick 70A ESC (Opto). Ce variateur est livré avec mode Break OFF. Il suffit de mettre en route le variateur avec les gaz à fond et aux premières séries de bip couper les gaz. Le frein est alors activé. Attention à ce que la voie des gaz soit vraiment à fond de course plein gaz, sinon la programmation ne se fera pas (histoire vécue).

Hélice 16 x 10  18v  39A  790W et 3100G de traction

 

Les ailes:

Les servos sont dans une gaine thermo et collés dans le fuseau après avoir bien vérifié le neutre et la présence de la vis de fixation du palonnier. Pour consolider la fixation, j'utilise de la pâte durcissante 2 composants que l'on trouve sous forme de rouleaux, j'en coupe un tronçon que je malaxe bien et j'en fait un petit boudin que j'écrase sur le servo et dans le fond de l'aile, faisant une patte très solide.

Pour les liaisons, j'utilise des prises Graupner vertes. Je sors de l'aile les rallonges, c'est le système le plus sûr et le plus simple.

 Image5.jpg

 

 

 

 

 Le fuseau:

 J'ai mis une platine en CTP de la même dimension que celle fournie, sans le trou du récepteur, en ctp 15/10. Cette platine permet le montage du servo de dérive. J'ai collé  des bandes de velcro permettant de fixer le variateur, l'accu de réception (4x2000mAh Eneloop), le récepteur et la télémétrie.  Un conseil, coller du velcro à l'époxy sur la platine et utiliser du velcro adhésif pour les équipements amovibles. Pour éviter que le velcro ne se décolle, j'entoure avec du fil fin le boîtier sur lequel il est collé.

 Pour l'accu de propulsion, il est fixé avec du velcro de la même façon sur une assise en CTP collée dans le fond du fuseau à l'aplomb de la verrière.

 Les platines seront fixées avec des bandes de tissu de verre et de la résine, c'est la solution la plus solide.

 Pas d'interrupteur, pas de double alim, pas d'équipements de sécurité, en revanche j'utilise la connectique JST pour alimenter le récepteur. J'ai aussi la retransmission au sol de la tension de l'accu de réception. 2Ah en réception, c'est pratiquement 4 heures de vol.

Image6.jpg

 

 

 

 

 

Et n'oubliez pas: trop de sécurité tue la sécurité!

Bilan de poids, 4800g, pratiquement le même poids que la version thermique.

 

Premier vol

Me fiant à d'autres ASW20, j'ai centré le planeur à 95mm avec un Vé de 1,5°. Le planeur part centré trop arrière, presque impilotable malgré du trim à piquer. Il n'a aucune stabilité et décroche systématiquement en virage. Il faut piloter sur des œufs! Et le moteur n'ayant pas son hélice définitive, j'ai à peine 400W de puissance, mais je réussis à remonter suffisamment et à le poser sans dommage. 3 vols plus tard en ayant avancé l'accu, il vole à peu près correctement, mais je préfère écourter la séance. Une fois rentré chez moi, je place le repère de centrage à 90mm, soit 37%. Ce sera la bonne valeur je pense, c'était d'ailleurs la valeur du centrage de mon Volcano qui avait le même profil. J'avais aussi trop de débattement à la profondeur, ce qui n'a pas aidé! Le prochain vol sera plus facile, avec un planeur bien centré, 600w de traction, des débattements revus.

 

Deuxième séance

Je suis allé à la pente de  l'antenne hier avec mon ASW20, mais j"ai apporté plusieurs modifications à mon émetteur pour éviter l'accident au décollage quand je suis seul dans la semaine.

1) j'ai fabriqué une sorte de ceinture que je mets autour de la taille afin d'immobiliser l'émetteur contre moi. Une plaque de CI sur laquelle j'ai fixé un velcro se fixe sur la face arrière du boitier qui possède un velcro. Je peux alors utiliser les 2 mains pour le lancement, l'émetteur ainsi soutenu par la sangle classique et agrippé à la ceinture ne bouge plus lorsque je fais les quelques pas pour propulser le planeur.

asw20,planeur,valenta

 
2) J'ai une phase de lancement dans laquelle j'ai désactivé les AFs, car en ramenant la main sur l'émetteur j'ai plusieurs accroché le manche de droite et ouvert les AFs en plein lancement. Sueurs froides garanties!

3) Dans cette phase de lancement, la commande du moteur est en mode "slow", c'est à dire que le moteur est plein gaz en 4 secondes. Ce qui me permet de mettre les gaz et tranquillement prendre le planeur à 2 mains pour le lancer quand le moteur est au max.

Une fois le planeur en l'air, je bascule sur la phase de vol normale et je détache ensuite très facilement l'émetteur de la ceinture pour plus de confort.

De cette façon je suis parfaitement autonome et je n'ai plus d'appréhension pour ce moment délicat de l'envol. Les 4 lancers effectués hier se sont passés sans encombre,  et ce malgré un vent souvent de travers qui aurait pu me gêner.

Le seul problème que j'ai eu, c'est que les Afs n'étaient pas en position verrouillé quand ils étaient rentrés, ce qu'il fait que le planeur demandait des corrections en vol que je ne comprenais pas (un des AFs se soulevait légèrement en vol), et lors d'une grosse prise de badin hier dans le dernier vol, le planeur a embarqué et j'ai vu clairement un AFs sortir de 2 cms et qui ne refermait pas. Évidemment, ce problème n'arrive pas avec les AFs électriques que j'utilise de puis des années. Je ne me suis pas méfié!

A part ça, j'ai pu quand même trouver le bon centrage, environ 37% de la corde (89mm) et régler le taux de couplage volets-ailerons. Je désengage d'ailleurs cette fonction la plupart du temps, je trouve que cette fonction est gênante lors du vol "normal", notamment en spirale.

La puissance du moteur est suffisante pour lancer en pente. Le planeur part tout droit, facile. J'ai mis un léger trim à piquer moteur à fond, il monte sans correction sur une pente de 30°. Je pourrais mettre un 5S pour plus de puissance, mais lors du lancement à la main, trop de puissance peut être un facteur de risque. Donc je reste en 4S.

1h30 de vol sans une égratignure, il fallait en profiter, malgré des moments de calme plat, il y avait de superbes ascendances. Je commence à l'apprivoiser!

Troisième séance

Les AFs sont maintenant bien verrouillés, et ils ne sortent plus sur les grosses prises de badin.

La solution de la ceinture me donne toute satisfaction, et les options prises pour le lancement solo sont pleinement validées.

Une seule ombre au tableau, je suis obligé de trimmer légèrement à droite, il a tendance à tirer sur la gauche. Je suis très étonné de ce défaut, je croyais qu'il était dû aux AFs non verrouillés, mais visiblement c'est un problème d'incidence, je ne sais pas à quel niveau, j'exclue que ce soit à l'emplanture, donc reste la possibilité d'un vrillage sur les volets mobiles, difficile à voir car il n'y a pas de référence en bout d'aile, et les winglets ne sont pas suffisamment précis pour le mesurer facilement. Je n'ai pas envie de dépenser 50€ dans un incidencemètre, je vais donc essayer de "dévriller" au sèche cheveux.

Après vérification minutieuse, un des volets est légèrement vrillé, j'ai utilisé un sèche-cheveux pour le rendre neutre en le tordant à la main dans le sens contraire. Le défaut a disparu

Poids

Ailes avec mini winglets standard 2160g, soit 1080g l'aile
stab 105
les 2 clefs: 150
Fuseau 2470g (avec un accu 4s 4000mAh et un accu 2Ah pour la réception)
Total 4890g

 

Réglages

Après ces vols, je confirme les réglages après passage à l'incidencemètre:

Centrage 89mm, soit pratiquement l'axe de la clef d'aile

Vé longitudinal 1,3° soit 3mm entre BA et BdF stabilisateur, la corde de l'aile étant horizontale

Débattements ailerons +15 -7

Débattements volets: 1/2 des ailerons

Débattement stabilisateur +- 5mm

Atterrissage: AF + volets -10 mm + compensation profondeur -1 mm

Volets position petit temps:  -3mm

 

Photos

https://plus.google.com/photos/110369968915460814690/albu...

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:47 Publié dans Mes planeurs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : asw20, planeur, valenta

27/11/2014

Le Phönix

Le Phönix

http://www.modellbau-thiele.de/index.htm?http://www.model...

 Je voulais construire un planeur très léger, motorisé et pouvant se transporter facilement, donc aile en 3 morceaux. J'ai découvert ce fabricant qui propose ce qui correspondait à mon cahier des charges. Le Phönix ne possède pas dans sa version standard de volet central et le fabricant a accepté (moyennant finance) de modifier le panneau principal pour y adjoindre un volet. Trois semaines après, je reçois le planeur parfaitement emballé. Le fuseau (entièrement carbone) est en 2 parties qui sont à coller, chose facile ça s'emboite parfaitement. Pour les volets papillons, il y a une pièce cylindrique portant les 2 axes de rotations qui s’insère dans le fuseau après avoir pratiqué 2 encoches. La aussi aucune difficulté, tout est calibré. Pour la fixation de l'écrou central de verrouillage de l'aile en revanche ce qu'il propose ne tiens pas la route. J'ai confectionné un bloc de balsa sur lequel j'ai collé un CTP 2mm, le tout percé pour recevoir un écrou à griffe. L'écrou a griffe est rentré dans le balsa et le CTP viendra se coller contre l'assise du fuseau. Pour placer le tout, j'ai pris une planchette sur laquelle j'ai mis un morceau de double face, j'ai encollé à l'araldite lente le CTP et glissé le tout dans le fuseau pour le visser en place. 

phonix,planeur

 

Ensuite perçage du trou de centrage de l'aile et pour le passage des fils de servos.

 

 

 

 

phonix,planeur

Les servos sont positionnés sur un CTP 20/10 lequel est collé avec plusieurs bandes de tissu de verre.

 

 

 

 

 

 

Pour les ailes j'avais des servos plats de chez HK, j'ai mis une platine en CTP dans l'emplacement et je les ai collé après les avoir entouré de gaine thermo. Contrairement à la préconisation, j'ai sorti la commande sous l'aile, j'aurai du faire le contraire, mais ce n'est pas grave car avec les guignols en carbone fournis, j'ai suffisamment de débattement vers le haut. Les parties extérieures sont reliées au panneau central par une clef composite bois carbone permettant de mettre du dièdre. Très bien fait, un léger coup de poncette et c'est en place. Pas besoin de fixation particulière, la clef permet une très bonne tenue de l'aile.

Pour la motorisation, le fabricant a choisi de fixer le moteur par l'arrière, le fuseau est suffisamment large à l'avant (diam 38mm) et le couple est collé en place avec les ouvertures permettant de passer les fils. J'ai choisi un  Turnigy D2836/8 1100KV   pour notamment sa longueur de 30mm, sa puissance max de 350W et son prix de 10€. J'ai acheté un cône alu de 38mm et j'ai mis une hélice de 10x6. Avec un lipo 3S 1400mAh, j'ai 210W, largement suffisant quand je vous aurai annoncé le poids complet fini et centré: 1015g (25g de charge alaire). Les 15g c'est le poids ajouté à l'arrière, n'ayant pas voulu reculer la platine des servos sous l'aile, trop compliqué pour la maintenance et les essais. J'ai mis 5g de plomb dans les tubes de rotation des volets (petit grains de plomb) et j'ai collé 5g à l'arrière du fuseau. Je m'en tire bien. Le fuseau est tellement large que j'ai pu y mettre côte à côte le récepteur, l'accu et le variateur, mais j'ai changé le variateur UBEC par un variateur à BEC linéaire 3A, la proximité du récepteur provoquant des perturbations dans la réception.

 Premier vol demain normalement, on croise les doigts. Seule inquiétude, n'ayant aucune référence, les volets sont positionnés au "doigt mouillé"...

 Le lendemain

Il a volé! Le centrage constructeur est exact pour une fois, juste une petite rectification au trim de la profondeur, et c'est une heure de vol avec plusieurs atterrissages. La légèreté du modèle associée à la conjugaison du volet et des ailerons permet  de se poser en toute sécurité. Le vol est sans surprise, par un tout petit temps et sans soleil, je n'avais pas de mal à tenir. Les commandes sont homogènes, la profondeur très franche, il faut que je mette peut-être un peu plus d'ailerons pour se défendre dans les endroits turbulents. La spirale est une formalité, en revanche le tonneau n'est pas encore la figure qu'il passe le mieux, mais il passe le renversement, la boucle, le 8 à plat sans problème. De toutes façons, il n'est pas dans mon intention de faire de la voltige avec ce planeur. La motorisation est parfaite, avec le planeur bien réglé, gardant la pente lors du test de centrage, le planeur monte à 45° pratiquement sans correction. De retour à la maison, j'ai fait une encoche avec une petite meule sur le fuseau pour marquer le neutre des volets. Je vais remplacer maintenant les commandes de profondeur en baguette carrées de balsa 10x10 par des tubes de carbone de 6. En effet, les baguettes trop larges frottent à l'arrière du fuseau et comme j'ai besoin de poids, cela devra me permettra aussi d'enlever les 5g collé à l'arrière.

Et maintenant on va attendre le beau temps...

 

 

 

 

 

 

 

18:49 Publié dans Mes planeurs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : phonix, planeur

04/09/2014

Trissu 2014

30 ans après sa construction, une envie soudaine s'est emparée de moi cet été, je me suis mis en tête de refaire un planeur issu d'un plan MRA en 1984. Ce petit planeur m'a accompagné partout pendant des années, et il avait tellement convaincu certains modélistes proches que beaucoup d'exemplaires ont été construits.

DSC06011.JPGtrissu.jpg

 

 

 

 

J'ai pu me procurer sur la toile le plan ainsi que le MRA qui l'avait décrit.

DSC05778.JPGDSC05780.JPG

 

 

 

 

Ensuite, il a fallu trouver une solution pour découper les noyaux. Une fois ces trois difficultés résolues, je suis allé à la recherche du balsa et du CTP nécessaire à la construction. La poutre arrière vient d'un planeur que j'avais détruit. Une première modification par rapport à l'original serait de construire une aile en deux parties, indispensable pour réduire l'encombrement en appartement et au transport. Il me fallait aussi trouver une motorisation, car je voulais moderniser ce planeur en le rendant apte à voler dans n'importe quel environnement. J'ai choisi un moteur, le KEDA A22-10S. Ce petit moteur de 45g est capable de passer 150W avec une 9 x 5,5, puissance largement suffisante. J'avais déjà utilisé un moteur de cette marque pour mon Minij et en était très satisfait, d'autant plus que son prix le rend très abordable. L'accu de propulsion est un 1400mAh 3S.

La construction est classique, le fuselage est en balsa doublé de ctp 6/10, marouflé avec un voile de 50g+résine. Les ailes sont en expansé 16kg coffré en blasa 10/10+Oracover light. La clef est un tube de carbone de 8mm avec un dièdre de 2° par aile. Pour maintenir les ailes à l'arrière, j'ai utilisé un CTP 20/10 qui écrase un morceau de plastique antiglisse sur les ailes, permettant une bonne fixation. Lors des atterrissages, les ailes se déplacent un peu, mais cela permet d'absorber les chocs.

La finition sera fait avec une couche d'apprêt (Gesso) peint à l'acrylique noir au pinceau avec par dessus une couche de vernis.

Début septembre, le planeur étant fini, je décide d'aller par une belle après-midi faire un premier vol sur la pente NE dite "aux vaches", reconnaissable aux nombreuses bouses fraiches qui tapissent l'herbe tendre. Un premier lancé main, une correction au trim et voilà le Trissu dans son élément. Première frayeur, je n'ai pas cru bon de tordre les CAP de l'empennage, et voilà que j'aperçois un stab qui a décidé d'abandonner le navire. Le planeur reste quand même manœuvrant, je garde un œil sur l'endroit ou tombe le stab tout en pilotant. J'arrive à poser sans mal. Le reste des vols s'effectuera sans problème, mis à part qu'il m'a fallut réduire les gaz, car trop de puissance et moteur un peu cabreur.

Dernier vol, en remettant mes ailes en place, je m'aperçois que la radio a des sautes d'alimentation. Je décide donc de le ranger et de voir à mon retour quel est la problème. Une heure et demie de vol pour une première fois, cela me suffit.

Le lendemain, je trouve la raison du problème électrique: le fil rouge de la prise du contrôleur BEC se désolidarise de la prise à la première torsion! J'ai eu chaud...

Pour le prochain vol, je mettrais de la correction à pique à la profondeur, mais avec un délai, c'est à dire que l'action à piquer se fera graduellement en 3 secondes lors de la mise en route du moteur, et aucun délai lors de l'arrêt. En effet si l'action à pique intervient immédiatement, le planeur est piqueur au moment du lancé, ce qui est une situation dangereuse.

Comme il n'y a pas de dérive, je fait aussi un mixage particulier: l'action du manche de dérive permet d'augmenter le déplacement de l'aileron qui se lève sans corriger celui qui se baisse, augmentant de cette façon la trainée et simulant un peu l'action d'une dérive. Je garde mes habitudes de pilotage de cette façon.

Une vidéo du premier envol:

http://youtu.be/GipC1nFi-lc

 

 

 

 

 

 

 

09/10/2013

Minij motorisé

Suite à la perte de mon Minij en juin 2013, je me suis lancé dans la construction de ce que j’espère être mon dernier Minij! Première phase commande chez Aeromod avec à la clef une bourde qui m'a obligé à une opération dont je me serai passé, la conversion d'une aile en deux parties, ayant oublié de préciser que je voulais justement l'option aile en deux parties. Lorsque j'ai vu le colis, j'ai immédiatement compris mon omission. J'ai hésité un peu, mais l'avantage de l'aile en deux parties est tellement évidente qu'après avoir pris des conseils auprès d'Aeromod, j'ai pris mon courage à deux mains, et j'ai décidé de faire la modification moi même.

 

Les ailes

Avant la découpe j'ai procédé au perçage des tous de fixation dans l'aile et dans le fuseau avec un foret de 5mm. Je n'utilise pas la visserie de 4mm trop fragile. Ensuite, muni d'une petite scie équipé d'une lame à métaux fine, j'ai découpé soigneusement suivant le plan de jointure que j'avais préalablement marqué au cutter. Attention, il faut qu'à la fin de l'opération l'aile soit soutenue par des cales. Une fois découpée, j'ai procédé au perçage pour loger le tube de la clef. Avec plusieurs forets et en vérifiant l'angle d'attaque au mieux, j'ai donc percé les 2 évidements de 9mm et j'ai ensuite enduit le passage avec de la résine+micro ballon. Les deux demies ailes seront ensuite réunies avec la clef, séparés d'un mm et mises sur cales pour le dièdre.

J'ai découpé une bande de CTP 3mm sur laquelle seront fixés les écrous à griffes permettant de fixer l'aile. Après un montage à blanc, immobiliser les écrous avec une goutte de cyano et coller le CTP dans le fuselage l'aile en place. Il est plus facile de mettre en place une bande de CTP unique que deux petits carrés de CTP.

Astuce importante pour l'aile:

planeur,minij,motorisationla solution de l'aile en deux parties présente un inconvénient de taille, les ailes se séparent à chaque atterrissage. J'ai enfin trouvé la solution à ce problème, il s'agit de coller au double face un morceau découpé dans un set de table antidérapant transparent

Pour enlever les ailes, il suffit de pousser vers le haut.

Les premiers atterrissages vont confirmer plus tard la validité de cette solution, les ailes ne bougent absolument plus.

 

La commande des ailerons est faite avec des chapes à rotule en nylon fendues sur la moitié permettant une mise en place et un démontage facile. En cas de choc violent, la chape saute sans arracher le guignol de l'aile.

planeur,minij,motorisation

 

 

 

 

 

 

 

planeur,minij,motorisation

Contrairement à la notice, je n'utilise pas la tige à boule, mais une boule montée sur un guignol collé dans l'aile. En cas de choc, l'aile se libère sans problème. Et un guignol a une une surface collée plus importante qu'une simple tige.

 

 

 

 

 

La platine des servos

planeur,minij,motorisation

J'ai coupé les pattes de fixation des servos de profondeurs afin de gagner encore de la place vers l'arrière. Les servos sont décalés en hauteur pour le passage des commandes.

 

 

 

 

 

planeur,minij,motorisation

Afin de pouvoir loger facilement l'accu 1400mAh 3S, les servos d'ailerons seront disposés côte à côte et tête bêche et non l'un derrière l'autre comme préconisé sur la notice.

Le débattement s'effectue sans que les tiges ne se touchent.

 

 

 

Les servos sont fixés avec un fil fin et le récepteur (non représenté ici) se loge sur les servos de volets, les connecteurs vers l'arrière.

Les stabs

 

planeur,minij,motorisationLes stabs seront amovibles avec la méthode indiquée sur le site du constructeur.  Le collage définitif des tubes sera fait avec le planeur muni de son aile et retourné au sol, les stabs reposant par terre. De cette façon les stabs seront parfaitement alignés.

 

 

 

 

planeur,minij,motorisationLes tiges de commande des volets seront collées qu'une fois la platine et ses tiges de commande mises en place définitive dans le fuseau. Attention, les tiges à boule une fois collée sur les volets, il est impossible de modifier leur angle, donc passer du temps à bien vérifier que les chapes ne se touchent pas et immobiliser les tiges à boules avec une goutte de cyano.

 

 

 

Le fuselage

Pour faciliter la motorisation, j'ai découpé l'ogive afin de faire une mini verrière. J'ai trouvé un moyen rapide, efficace et pas cher de faire des petits moulages. J'utilise pour cela de la bande de plâtre vendue en pharmacie. Je passe sur la surface à mouler 3 couches de cire, en fait j'ai utilisé du cirage incolore. Couper plusieurs  bandes de tissus de la taille adéquate, passer chaque morceau de la bande dans l'eau 2 secondes, l'appliquer sur la pièce à mouler et lisser avec le doigt, refaire l’opération 3 ou 4 fois sera suffisant. Laisser sécher quelques heures, démouler délicatement. Laisser encore sécher quelques heures. Cirer le moule comme indiqué précédemment et commencer la stratification. J'ai passé au pinceau de la résine dans le moule, ensuite un voile de 50g et 2 épaisseur de tissu de 180g. Pour parfaire le tout, je me sers de mon four comme d'une étuve. Je le règle à 30° et j'y dépose mon moulage. La consommation de courant est négligeable et vous avez en deux heures une stratification parfaite. Le démoulage ne pose aucun problème et le résultat est excellent.

planeur,minij,motorisationplaneur,minij,motorisation

 

 

 

 

 

 

 

planeur,minij,motorisationLes cotes relevées sur l'ogive.

 

 

 

 

 

 

 

Détails du montage

planeur,minij,motorisationplaneur,minij,motorisation

 

 

 

Montage moteur

planeur,minij,motorisation

Il y a 165mm entre les servos d'ailerons et la bout du fuseau

 

 

planeur,minij,motorisation

Le cône est de 30mm

 

 

 

Caractéristiques du moteur

L'ogive est découpé pour recevoir un cône de 30mm de Topmodel avec entraxes de 35mm. Le moteur utilisé sera un  KDA 2210S. Ce moteur équipé d'une 9x4 (je n'avais pas autre chose) développe environ 110W avec un 3S, pour une utilisation "pépère", genre pente, le taux de montée est d'environ 5m/s. Pour une utilisation en plaine, on peut monter une 9x5 pour avoir un peu plus de puissance (150W), voire une 9x6 (180W), mais attention, au-dessus on doit passer sur un variateur 30A et la place est comptée ainsi que le poids! C'est la 9x6 qui sera finalement montée.

3S 9x4=11A 110W  5m/s

3S 9x5=14A 150W  8m/s

3S 9x6=17A 180W  10m/s

Le variateur est un  Mystery 20A Brushless Speed Controller (Blue Series) Dimensions 33x23x6mm

planeur,minij,motorisationMystery 20A Brushless Speed Controller (Blue Series)

 

 

Installation

L'ogive est découpée pour permettre aux fils du moteur de ne pas toucher, impossible de faire autrement avec un diamètre de 28mm, il y a des moteurs de plus petit diamètre, 22mm, mais ils n'arrivent pas à développer suffisamment de puissance et rendent difficile le vol en plaine.

L'ogive est maintenue sur le fuselage par 2 vis à tôle dessus et dessous.

Le régulateur est un 20A avec un bec de 2A. Il se loge facilement en partie contre l'accu.

 planeur,minij,motorisation

L'accu est un 1400mAh 3S de 105g. Il est coincé contre le variateur.

 Une fois tous les éléments en place et vérifié que les fils du moteur ne touchent pas la cage tournante,  j'ai solidarisé les fils du moteur entre eux avec une goutte de cyano.

Poids du planeur en ordre de vol: 750g

Premier vol

Superbe journée de ce 7 octobre 2013, très léger flux de nord, idéal pour les réglages d'un planeur motorisé. Le centrage à 75mm est obtenu sans ajout de plomb, il faudra juste mettre un léger piqueur. Le planeur remonte doucement lors du test de centrage. L'atterrissage se fait ailerons levés au maximum et 2mm de piqueur. Je fait ça avec une phase de vol, l'aileron se pouvant que s'abaisser, cela permet quand même de contrôler le modèle.

Lors des vols suivants, j'ai changé l'hélice et mis une 9x5, le planeur monte très fort, donc la puissance est très largement suffisante. Lors d'un atterrissage un peu violent, les ailes se sont bien séparées, absorbant le choc, les chapes à rotules ont sautées et les vis sont intactes. Donc la solution de ce plastique antidérapant est la bonne, les ailes ne bougeant pas aux atterros, sauf en cas de choc important, et c'est le but recherché

planeur,minij,motorisation

 

 

 

 

 

 

 

Une petite vidéo du premier vol 

 Le transport du planeur dans sa housse à 3 compartiments:

planeur,minij,motorisation

 

21/10/2012

Pilatus B4 Ecotop

 

Le Pilatus B4 est un planeur dont le kit est réalisé par Ecotop, dont j’ai déjà le K8b qui me donne beaucoup de satisfaction. Une seule anomalie dans la boite : concernant les ailerons, la chape à rotule est trop petite pour entrer dans le guignol à boule fourni. Tout le reste est bon.

Les ailes sont très bien réalisées, et bonne surprise, une fois les tétons de centrage collés, la mise en place des ailes avec la clef en carbone de 10 est faite en forçant juste ce qu’il faut pour se passer d’un quelconque système les empêchant de s’écarter au lancer. J’ai même été surpris par la parfaite jointure entre les ailes et le fuseau.

J’ai fait quelques modifications par rapport au manuel de montage.

J’ai modifié la commande de profondeur par une tige de commande en tube carbone de petit diamètre pour éviter le flambage. Du côté servo une chape métallique et du côté stab une chape à rotule monté sur le guignol en laiton prévu d’origine qui rendait très difficile l’utilisation d’une chape classique sans jeu. Résultat, un volet de profondeur sans 1/10 de jeu.

planeur

planeur

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les ailerons, j’ai gardé le système de tige de commande en baïonnette, en tordant un peu la tige pour la contraindre dans le guignol du servo on arrive à supprimer tout jeu, et comme de l’autre côté il y a une chape à rotule, la aussi aucun jeu. Les Afs électriques (pas dans le kit) sont très faciles à poser, même si pour l’un des deux j’ai été obligé de faire d’autres trous dans le support en bois, ceux d’origine étaient un peu décentrés. Pour la liaison avec le récepteur, j’ai utilisé des prises MPX verte. Le câble dépasse de l’aile de 30cm, la liaison se fait dans le fuseau. Je n’ai pas pris l’option train rentrant vu que je ne fais pas de remorquage, avantage de l’électrique, et que le poids du planeur est déjà suffisant. La dérive est commandée par une tige dans une gaine, ne pas oublier de coller la gaine aux extrémités, dans la poutre arrière il y a un couple en bois accessible par la découpe circulaire permettant de poser le servo de profondeur. J’ai collé la gaine en utilisant un mélange résine+fibre de carbone finement coupée. C’est un peu délicat à passer par le trou mais on y arrive. Le moteur est facile à poser, à condition évidemment de ne pas avoir collé la platine à l’avant qui supporte le récepteur !

Correction: j'ai changé la place du récepteur, je l'ai mis derrière le couple derrière la verrière. Cela rend plus facile l'accès au récepteur et diminue la longeur des cables qui ne gène plus la fermeture de la verrière et la mise en place du pilote.

planeur

 

 

 

 

 

 

 

 

Concernant le centrage, il faut beaucoup de poids pour l’équilibrer, j’ai donc acheté un accu 3S 5000mAh de 470g et j’arrive au centrage sans ajout de plomb, compte tenu de l’adjonction du pilote. Le poids total en ordre de vol est de 2900g. Pour celui-ci, j’ai utilisé du mastic Sikaflex afin de réunir les différentes pièces et ensuite peinture acrylique et verni idoine. Ca rentre, mais un peu au chausse pied ! Pour la verrière, ne pas utiliser les charnières en plastique, vous n’arrivez pas à un bon résultat. Je vous donne donc ma méthode : couper 2 morceaux de tissu en coton de la dimension des charnière, recouvrir avec un morceau de scotch. Ensuite coller la partie fuseau avec quelques gouttes de cyano, ne surtout pas en mettre trop, en tout cas que ça ne déborde pas sur l’endroit de la pliure. Une minute après, plier le tissu et marquer la pliure avec l’ongle. Mettre de la résine époxy rapide sur les emplacements de la charnière sur la verrière, positionner celle-ci sur le fuseau avec quelques morceaux d’adhésif (en ayant soin d’avoir rabattu les charnière en morceau avant …).  Après 15min, vous pouvez admirer le résultat, la verrière pivote et se repositionne à sa place au 1/10 de mm : vous aurez une charnière invisible et pratiquement indestructible. Le tableau de bord a été fixé lui aussi au Sikaflex noir. Ayant vérifié le Vé (2,7°), j’ai décidé d’enlever 1°. J’ai donc collé une cale de 1mm en balsa sur l’assise du stab. J’ai préparé un peu de résine+microballon que j’ai déposé sur l’assise du stab. Ensuite j’ai masqué le stab avec du cellofrais, j’ai ciré les vis de fixation et j’ai mis le stab en place. Une fois enlevé l’excédent on a une assise de stab très propre. Si par hasard une des vis était prise, il suffit de la chauffer avec la panne d’un fer à souder et ensuite elle doit venir toute seule. Pour en revenir au calage su stab, il ne faut pas trop s’en inquiéter, il faut surtout respecter le centrage, et après le premier vol regarder la position du volet. S’il est piqueur ou cabreur, on peut ensuite corriger ce défaut en modifiant l’assise du stab, mais de toutes façons, le planeur peut bien voler avec un volet piqueur, l’important c’est le centrage, pas le calage.

planeur

 

 

 

 

 

 

 

Essais

La première séance de vol s'est terminée par un incident: j'ai été obligé de trimmer le planeur cabreur, car le volet était trop piqueur. Mais lors de l'atterrissage, la compensation à cabrer à été fatale et le planeur a décroché et a accroché une aile. Résultat, le tube de la clef d'aile a déchiré sur un cm la fuselage. Les ailes sont intactes et la réparation a été rapidement faite.

Deuxième séance, j'ai mis l'hélice d'origine et changé le variateur par un modèle HK 70A Sbec 4A. Petit temps sur une pente NO excellente notamment pour les premiers vols par son tapis d'herbe facilitant les atterrissages. Le planeur était équipé pour l'accasion de ma télémesure. 2 heures de vol et plusieurs atterrissages plus tard, la conclusion est que ce planeur tient toutes ses promesses. La motorisation permet un décollage à la main franc et pratiquement sans élan. Le vol acrobatique est sans problème, notamment de superbes renversements. La voilure ne bouge pratiquement pas. Le vol dos tient bien sans avoir à pousser exagérement. Quelques ascendances ont permis de vérifier son aptitude à spiraler. Pour les atterrissages, les AFs ne sont pas d'une grande efficacité, il va falloir que j'enlève la compensation à cabrer qui est de 3% de la course totale de la profondeur. De cette façon la perte d'altitude AFs ouverts sera plus conséquente.

Dernier point non négligeable, ce planeur a de la "gueule" et quel plaisir de faire des passages plein badin pour bien admirer sa belle décoration.

 

17:50 Publié dans Mes planeurs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : pilatus b4

13/06/2012

Superior Elektro Voll


Pour remplacer mon Tasid détruit, j'ai essayé de contacter son constructeur, mais il a visiblement cessé ses activités, en tout cas pas de réponse à mes mails. En lui cherchant un remplaçant, je suis tombé par hasard chez Flash RC sur un planeur qui était exactement  dans le cahier des charges: 2M d'envergure, tout plastique, motorisé, ailerons et volets, stab en Vé, poids autour de 1300g, son nom: Superior Elektro Voll. Prix 320€, c'est le tarif du plastique. Je le commande aussitôt et quelques jours après je reçois une boite bien abimée, heureusement le côté enfoncé était celui des accessoires, le planeur une fois sorti n'avait absolument aucun dommage. Première inspection, la qualité est au rendez-vous, une paire d'ailes absolument sublime, un fuseau fin et solide, des stabs en Vé démontables pour le transport. Revers de la médaille, aucune documentation n'accompagne le planeur, et d'après Flash RC, le fabricant n'en met pas.

planeur
















planeur
















Le fuseau

planeur

J'avais pris les servos conseillés, des Hitec 85MG pour les stabs, il a bien fallut me rendre à l'évidence, ces servos sont trop gros pour faire l'affaire. Je me rabats sur HXT900 que j'avais en réserve, et là tout va pour le mieux, comme ils sont moins hauts, je peux mettre des dominos comme on le voit sur la photo. Ce petit dispositif est idéal lorsque l'on a à commander des tringles métal, cela facilité énormément les réglages. Une petite platine permet de fixer ses servos, il faut simplement penser à percer le fuseau et passer les fils des servos aileron et volet, parce qu'une fois la platine collée, c'est plus difficile. Les prises qui sortent sont des prises femelles car elles sont plus petites que les mâles et côté fuseau l'espace est compté.




planeur

Pour les stabs, après avoir longtemps retourné le problème, j'en suis venu à faire une chape en soudant un morceau de chape métal (celui ou il y a le trou) avec un morceau de vis de 2 en laiton. De cette façon, la tringle métallique est simplement coudée et passe dans le trou de la chape. C'est impeccable, pas un poil de jeu, la tringle est bien dans son axe et il n'y a aucun point dur. Ouf, c'est terminé et ça fonctionne parfaitement!





planeur

On voit ici le détail des chapes fabriquée pour la commande des volets de stab

 

 

 

 

 

 

 

Pour éviter de perdre les clefs en carbone des stabs tout en évitant de les coller (on ne sait jamais...), il suffit de mettre quelques gouttes de cyano dessus et de frotter rapidement avec un papier essuie-tout. Cela crée une surépaissseur qui empêche la clef de rentrer, il faut ensuite diminuer cette surépaisseur avec un papier abrasif au 600. On arrive ainsi a ce que la clef soit difficile à sortir, mais ça reste toujours possible avec une petite pince.

Les ailes

planeur

Admirez l'état de surface de la voilure...








 

 

 

On pourrait penser qu'il suffit de coller 4 servos et le tour est joué, et bien pas vraiment. D'abord il faut préparer des "buchettes" qui permettront la fixation des servos. On colle des languettes de CTP 2mm 3 plis ensemble et on découpe 8 buchettes de 3cm de long. Ensuite on les colle dans les emplacements avec les servos vissés dessus.

planeur

 

 

 

 

 

 

 

 On voit le servo d'aileron fixé, la commande est une tige de 2mm dans laquelle j'ai fait une baïonnette avec une pince spéciale achetée en même temps que le planeur. Je me suis servi d'un guignol qu'il me restait d'un Miraj de chez Aeromod, une tige métal avec une boule soudée au bout.

planeurplaneur

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la commande de volet on se sert d'un embout de chape câble qui se visse. Ne pas utiliser l'emplacement prévu, il y a trop d'imprécision du retour au neutre et le volet n'est pas assez rigide. J'ai donc réalisé un petit carré de bois dur percé à 2,3mm et collé dans l'emplacement du guignol de façon à éloigner le point d'attache de l'axe de rotation du volet. L'embout de chape sera vissé dans le carré de bois dur une fois que celui-ci sera collé. Limer légèrement le bout de la chape afin qu'elle ne frotte pas contre l'embout.  Pour la liaison avec le servo, je me suis servi de 2 chapes métal et d'un bout de 2 cm de tige filetée. La distance entre le servo et l'embout est exactement de 2 chapes métal mises bout à bout. On utilise le premier trou du bras de servo pour y fixer un des 2 chapes. Quand tout est bon, mettre une goute de cyano sur la tige filetée pour éviter tout jeu. 

Les volets et le ailerons ainsi montés ne présentent pratiquement aucun jeu, garantie indispensable si l'on veut prendre de gros badins sans risque de flutter.

 

planeurLes tétons de calage de l'aile dépassent très peu, et comme il est impossible de mettre un dispositif permettant de maintenir les ailes contre le fuseau, les ailes vont sortir dès le premier atterrissage et le téton ne pouvant plus faire son office, l'aile va pivoter et risque de s'endommager. Pour éviter cela, il suffit d'enlever les tétons de centrage en les chauffant avec un fer à souder et en les tirant avec une pince. Ils s'enlèvent ainsi très facilement. Ensuite couper un tube ou un jonc de carbone ext 3 longueur 7cm qui servira pour caler les ailes. Si les ailes s'écartent, elles ne pourront pas tourner autour de la clef d'aile.

 

Il faut une rallonge mâle-mâle pour le servo d'aileron et changer la prise du servo de volet pour en mettre une mâle. Agrandir le trou dans l'aile afin d'y pouvoir faire facilement entrer les câbles des servos au montage.

planeur

Le variateur est fixé au velcro sur le côté et l'accu est immobilisé par un bout de mousse dure entré en force.

La verrière est fixé par une CAP de 13/10 collée à l'intérieur par 2 couches de fibre+résine. Astuce, pour bien coller la CAP, se servir d'un aimant afin de la plaquer le temps due la polymérisation.

 

 

 


Premier vol

Une superbe après-midi, inespérée pour ce mois de juin pourri, un petit souffle de NE de 10km/h sur une de mes pentes préférées, et dès le premier lancé le planeur part tout droit, il aura juste besoin d'un peu de trim cabreur car il est un peu centré avant. Une fois la moitié plomb enlevé (10g), il sera parfaitement réglé, remontant un peu après un piqué à 45°. Les volets sont très efficaces, j'ai 2 positions pour gratter, et je vais devoir m'en servir car c'est un tout petit temps qu'il y a aujourd'hui. La motorisation est suffisante. La voltige passe sans aucun problème, avec le sifflement caractéristique des tout plastiques. Pour l'atterrissage, ailerons cabrés et volets  baissés avec un peu de piqueur et on pose facilement.

Il faudra que je remplace le système de commande des stabs en y mettant une chape, car lors de voltige musclée, une des commandes est sortie de la chape et j'ai bien faillit casser! J'ai pu heureusement le maîtriser et le poser avec seulement un BA qui a un peu souffert.

planeur

 

J'ai changé le système des CAP coudées en mettant des chapes à rotules, mais on peut aussi garder le système initial de CAP coudée et assurer la CAP avec un clip sécurité nylon GF-2106-001 disponible chez miniplanes.

 

 

 

 

Le centrage vérifié chez moi au retour est à 80mm, soit 40%, derrière la clef d'aile.

 Conclusion, un bon planeur qui mérite le détourl

 

Changement de moteur:

 Finalement j'ai changé de motorisation, le moteur proposé chauffait vraiment trop sans être efficace, de plus l'exigüité du fuselage fait que le moteur touche les fils et les détériorent. J'ai opté pour un moteur bien plus facile à mettre en œuvre car les fils débouchent à l'arrière, c'est le Mini AC Extreme AC1215 trouvé chez Topmodel. Ce moteur n'est plus référencé chez eux, mais on le trouve chez Euro Model à 125€. C'est cher, mais la différence est visible dès le premier vol: taux de montée bien plus important et pourtant le moteur est tiède à l'arrivée. Ça vaut la différence de prix!

Il est équipé d'une hélice 12x8, consomme 30A et la puissance mesurée est de 220W. La puissance absorbée à vide par le réducteur est de 10W.

Klikněto pro zavření okna

 

planeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les fils sont soudés sur le côté, permettant de mettre l'accu le plus devant possible. Le centrage est fait de cette façon sans rajouter de plomb.

 

00:51 Publié dans Mes planeurs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : planeur

01/06/2012

Ka8b

Je viens de faire le premier vol du Ka8b Ecotop acheté chez Flash Rc. Le montage qui se fait en quelques heures. Petit problème, les charnières en nylon de la verrière ne tiennent pas une fois collée et de plus il j'ai collé une petit morceau de CI 15/10 pour combler le vide entre la verrière et l'assise. J'ai confectionné à l'aide d'un petit morceau de tissu les charnières que j'ai collées à la cyano, et là ça tient.

Comme le moteur préconisé n'était plus en stock et que j'ai vu quelque part qu'il y avait 2 mois avant son  réapprovisionnement, j'ai commandé le moteur chez Esprit Model aux US, mais je me suis trompé dans la référence (il y en a 2) et j'ai acheté le plus petit! L'axe étant moins long, impossible d'utiliser la cloison prévue au montage. Il a fallut que j'ouvre dans cette cloison un trou suffisant pour passer le moteur qui est fixée sur un morceau de CTP collé à l'avant de la cloison prévu initialement. C'est juste mais ça passe et du coup l'axe dépasse de 10mm. J'ai réalisé 2 chanfreins en bout d'axe pour y monter le porte hélice au diamètre 4 (et non 5 comme sur le moteur prévu) et j'ai mis non pas la 14x10 recommandé, mais une 13x7.

Moteur Xpower 3223/LS
Variateur Hobbyking SS Series 35-40A ESC
Accu Lipo Turnigy 4000mAh 3S 40C

DSC08973.JPGDSC08974.JPGDSC08975.JPGDSC08976.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ayant lu qu'il y avait un problème de Vé longitudinal, j'ai mis une cale de 2mm à l'avant du stab et j'ai monté le stab prélablement protégé après avoir mis résine+micro ballon sur l'assise du stab.

Lors du premier vol, j'ai remarqué tout de suite que la puissance était largement suffisante, le planeur grimpe avec une pente de près de 45°. Je dois avoir autour de 400W, soit 150w/Kg, valeur couramment admise en motorisation planeur. Le centrage à 80mm initial était trop arrière, le test de centrage montrait un planeur qui ne remontait pas du tout et qui était trop instable. Je l'ai ramené à la valeur initiale de 75mm, après c'est une question de goût personnel. Avec ce réglage, le planeur remonte à peine en devenant neutre et reste très facile à piloter et pas vicieux. Un cran de trim permet de le ralentir sans qu'il devienne vicieux. Il faut quand même lui garder de la vitesse en spirale car il n'est pas très lourd et s'arrête facilement, mais il n'est jamais en danger de décrochage. Pour les AFs, j'ai supprimé la compensation à la profondeur, ça ne sert absolument à rien. Il suffit d'arrondir près du sol et de l'amener au décrochage pour le poser en douceur.

J'ai volé 2h30 ce jour là, la plupart du temps en thermique vu le vent très faible qui soufflait à la pente. Equipé d'un vario perso (que l'on voit monté derrière l'accu), cette séance de vol a été un vrai régal! La voltige de base passe sans problème et il accepte de se laisser brutaliser un peu sans rechigner.

Après la séance, j'ai constaté que l'accu de 4000mAh était au 3/4 vide avec 3min de moteur.

Tout monté il accuse sur la balance 2,590 Kgs.

06/09/2011

Télémesure autonome avec synthèse vocale

DSC08077.JPGJe viens de terminer la nouvelle télémesure à synthèse vocale de Francis Thobois. Cette télémesure peut s'utiliser avec tous les ensembles radio car elle possède son propre système de transmission basé sur un module Xbee. 

La synthèse vocale s'appuie sur une liste de vocables (70) enregistrés par l'utilisateur au moyen d'un micro miniature de type electret branché ur le boîtier. La compréhension des mots est très bonne, étonnante même par sa fidélité. L'énorme avantage de ce type d'interface est de pouvoir à tout moment entendre les données tout en restant concentré sur son modèle.

Cette télémesure peut afficher jusqu'à 6 données simultanées, altimètre, vario, intensité moteur, tension accus, tempèrature et vitesse. Parmi ces données, on peut choisir de n'afficher que certaines d'entre elles. Tous les paramètres affichés à l'écran peuvent être enoncés vocalement sur un HP contenu dans le boîtier de la télémesure qui possède aussi une prise casque. L'appui sur un contact permet la vocalisation à la demande de paramètres choisis. Toutes ces données sont associés à des alarmes programmables. Il y a 10 configurations possibles

 

Pour l'instant j'utilise un module altimètre/vario dont la sensibillité est proche des 20cm/s et dont le seuil peut être modifié dans le menu de configuration de la télémesure.

DSC08078.JPGOn voit ici télémesure terminée. On distingue  au centre le module Xbee assurant la réception des données, un module semblable est embarqué dans le modèle pour la transmission. On peut distinguer le HP ainsi que la commande de volume. L'alimentation se fait par l'intermèdiaire d'une prise DIN (5V ).

 

 

 

DSC08006.JPGLe module embarqué (50x25x20) est alimenté directement par l'accu de réception. Son faible poids (15g) permet l'intégration facile dans tous les modèles sans aucun problème. L'antenne pourrait être une antenne longue pour être sortie sur des modèles carbone. En cas de perte de portée, la télémesure affiche des pavé gris et dès que la communication se rétablit les données se réaffichent.

25/07/2011

Emetteur Thobois Assan / Freesky

Après quelques problèmes de portée à grande distance avec le module XBEE, je me suis tourné vers une autre solution, les ensembles Tx/Rx Frsky (http://www.frsky-rc.com/). Les récepteurs sont de type Diversity, permettant d'éviter les trous de réception constatés avec le module Xbee à une seule antenne. Ils utilisent la technologie ACCST (Advanced Continuous Channel Shifting Technology), identique à celle qu'emploie Futaba, permettant aux récepteurs Futaba d'être compatibles.

L'ensemble Tx/Rx Telemetry est très intéressant: le RSSI est transmis de base, permettant à l'émetteur de faire entendre 3 types d'alarmes suivant le niveau de RSSI. De plus, les récepteurs Two Way de cette série possédent 3 ports, dont 2 sont prévues pour les accus, le troisième pour un accessoire de type GPS. Un afficheur simple et peu onéreux et les CI de mesure de tension à plugger sur le récepteur  existent chez Flytron :(http://www.flytron.com/rc-electronics/95-frsky-telemetry-display-rssivolts.html  ). Il permet la visualisation du RSSI et des tensions d'accu. Il se connecte simplement sur le module Tx. Autre aspect  intéressant, un mode à puissance réduite (puissance divisée par 30) permet de faire très rapidement un essai de portée sur le terrain (30m maxi, soit 900m sol))

J'ai gardé le système ASSAN pour les petits récepteurs de ce fabricant, les seuls que j'arrive à caser dans certains modèles tel le Crobe.

J'ai utilisé l'interrupteur qui est sous l'embase d'antenne pour commuter le signal et le + afin d'alimenter ASSAN ou Freesky.

J'ai réalisé une petite platine en CI que j'ai mise à l'emplacement du module XBEE pour y fixer le module d'émission avec un double face. La prise d'antenne étant la même que le XBEE, on n'a pas de problème d'adaptation. J'ai mis les 2 antennes sur la face avant, d'une part parce que ma nouvelle boite de transport d'émetteur était trop juste en largeur et que je trouve qu'elles ont mieux comme ça.

L'afficheur de Flytron est fixé (provisoirement) sur les antennes avec une gaine thermo. On arrive à lire facilement les données affichées

 

DSC07946.JPGDSC07950.JPGDSC07940.JPG

 

 

 

 

 

 

 

DSC07943.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 La face avant a été percé entre les antennes et l'embase d'origine pour permettre la mise en place de l'afficheur du module d'émission. Ainsi, on voit très bien les 2 LED et on accède facilement au bouton de service.

L'entrée affichage tension accu du récepteur est utilisé via un petit CI disponible chez Flytron pour 5€. On peut y lire les niveaux des 2 entrées ainsi que le taux de RSSI.

 

 

 

Frsky config shadow.jpgLa configuration de l'émetteur est faite via un logiciel. Il y a 2 seuils de déclenchement par entrée, et pour chacune 3 niveaux de bips.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les essais

Un premier essai sur le Serenity a permis de montrer un défaut sur le récepteur V8FR: à la mise en action de la config bis dans laquelle ailerons et volets sont en bout de course pour une fonction atterrissage, j'ai constaté que le planeur faisait une embardée. En fait, le défaut vient du régulateur UBEC 3A du variateur.  Trop sollicité par cette action brutale (et les 6 servos du planeur), sa tension chute et entraîne un reset du récepteur. Mais ce récepteur possède une caractéristique impressionnante: il est fonctionnel quelques 1/10e de seconde après une mise en marche, ce qui fait que je n'ai pas mis en danger mon planeur. Je n'ose imaginer ce qui se serait passé avec un Xbee... J'ai donc mis un accu et le problème est réglé.

 

Rectification: le récepteur D8R-V2 monté sur le Serenity n'a plus le défaut constaté avec le V8FR.

 

Après cette première séance, j'ai mis ce récepteur sur mon super planeur de F3J, le Shadow. J'ai laissé volontairement les antennes à l'intérieur du fuseau. Je viens de rentrer d'une séance de vol de 2 heures à la pente du club, après-midi de rêve avec de grosses ascendances et un petit flux de NO rafraîchissant. Malgré un vol à grande distance, pas une fois je n'ai eu une perte de portée ni une alarme.

 

Après une troisème séance, j'ai quand même décidé de sortir les antennes du fuselage au vu des résultats moins bons avec les antennes dans le fuselage: j'ai donc fait 2 trous de 1,5mm à 90° sur le fuselage et je fais sortir la partie active des antennes.

 

 

04/06/2011

Serenity (ArtHobby)

J'avais besoin d'un planeur électrique de performance avec les contraintes suivantes:

Envergure 2,5m, aile en 3 parties, ailerons et volets, stab démontable, prix <300€

J'avais déjà piloté un ArtHobby et l'avais trouvé intéressant côté performances et mise en oeuvre. J'ai donc commandé un Serenity (distribué par Flash RC). L'Evolution de chez ArtHobby est la version planeur, si vous ne trouvez pas de Serenity, vous pouvez parfaitement acheter un Evolution dont vous couperez le nez. Dans la même gamme vous avez aussi le High Aspect; c'est la même construction, il fait simplement 60cm de plus d'envergure.

Serenity.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La voilure

Les ailes sont très belles et j'ai décidé de les vernir comme d'ailleurs ArtHobby le recommande. J'ai utilisé pour cela un vernis acrylique standard destiné aux parquets. Après la première couche, j'ai mis les décorations et repassé une couche par dessus. Léger et superbe.

Après 48h de séchage, j'ai découpé les volets et les emplacements de servos. Pour faire une articulation avec du mastic silicone, il faut donner une forme particulière aux champs volet et aile en les creusant. J'ai utilisé pour cela des fraises coniques que m'avais donné une pédicure, cela permet de réaliser ce travail en quelques minutes, alors qu'avec une cale à poncer il faut plusieurs heures.

Pour faire les articulation en silicone, j'ai utilisé le mastic préconié dans la notice. J'ai utilisé du Scotch marron pour faire la charnière et j'ai déposé un bourrelet de mastic de 2mm de diam max. L'astuce consiste ensuite, avec un pinceau raide, à étaler le silicone le long de la jointure. Avantage de la méthode du pinceau, le mastic est poussé dans la fente entre le volet et l'aile et son épaisseur est réduite au minimum. On a ainsi des charnières parfaitement résistantes tout en étant d'une souplesse incomparable.

 Avant de joindre les 2 parties centrales, j'ai élargi le passage des fils.

Pour le câblage, j'ai la aussi une petite astuce. En premier, je passe un câble de servo qui va d'un bout à l'autre du panneau central. Je laisse une boucle au milieu de l'aile pour le raccordement à la prise qui me servira à relier l'aile au fuseau (prise MPX verte 6 broches).

Ce câble passe par le servo de volet. A cet endroit, on sépare les 3 fils sur 5cm. Pour chaque fil + et -, on dénude sur quelques mm sans couper le fil en utilisant les ongles. On prend soin de décaler d'1cm les 2 endroits dénudés afin qu'il n'y ai pas de risque de court-circuit. Ensuite on étame la partie dénudée. On soudera à ces 2 endroits les fils + et - du servo de volet. On met un bout de chatterton autour des soudures et c'est fait. On aura plus ensuite qu'à passer le fil signal du servo de volet jusqu'au centre du panneau pour le souder sur la prise MPX. Cette façon de faire évite d'avoir 4 fils d'alimentation à souder au même endroit sur la prise MPX. La continuité est meilleure puisque les fils d'alimentations ne sont pas coupés. A l'extrémité du panneau on soude une prise mâle que l'on colle à l'époxy sans qu'elle dépasse. Les servos utilisés dans les ailes sont des HD1711MG Power HD. On les trouve à 15, voire même 10€. Retour au neutre impeccable, pignons métal, bonne puissance.

 

Le fuseau

J'ai commencé par colle la poutre.

J'ai décidé de rendre le stab démontable, contrairement à la recommandation du fabricant. J'ai collé tout d'abord les supports du stab. Afin qu'ils sont bien positionnés, j'ai utilisé une ficelle partant de l'avant du fuseau, alignée sur les 2 tous de fixation d'aile et bien alignée jusqu'au bout de la poutre, parfaitement au milieu de celle-ci. J'ai ensuite fait 2 marques qui seront mes repères pour le collage.

DSC07609.JPGDSC07608.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les volets de stab sont réunis avec un fin morceau de tissu collé en dessous. J'ai ensuite collé le support des écrous dans la poutre. Pour parfaire la jointure du stab et de son support, j'ai mis le stab, protégé par un adhésif fin à l'endroit ou il épouse le support, sur le support prélablement enduit de résine+microballon. En serrant les vis de fixation, on fait apparaître le mastic résine en trop que l'on enlève. Une fois sec, le stab est enlevé, il a une assise parfaite maintenant.

Les gaines de commandes n'ont pas été utilisées. A la place j'au utilisé 2 tubes de carbones de 4. Les guignols de volet ont été rélaisé en carton d'abord, ensuite découpés dans la tole fine. A l'endroit du trou du guignol j'ai soudé un écrou laiton dont le trou a été repris pour qu'il ai le diamètre d'un chape métal.

DSC07605.JPGDSC07610.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les 2 servos sont des HXT900 de chez Hobbyking, coût unitaire moins de 3€. J'ai pris des pignons plastiques  car ils ont moins de jeu.

Les commandes ainsi réalisées sont directes et n'ont aucun jeu, contrairement au montage avec gaine.

Le démontage du stab est très simple, on désolidarise les 2 chapes, on dévisse les 2 vis de fixation et le stab a plat ne prend plus de place. Le guignols en tôle mince ne sont pas un obstacle à la mise a plat puisqu'ils sont souples.

Mes commandes de volets sont toutes réalisées avec des tringles métalliques de 2mm + chape côté servo et un domino de serrage pour M2 qu'on voit très bien pour les commandes de stabs.

 

La propulsion

Le choix du moteur est simple: il faut qu'il puisse délivrer 300W avec un Lipo 3S, soit 30A de consommation. Le diamètre max est de 35mm. Le poids du planeur complet est de 1700g. Un bon moteur: le TR 35-48-C 800   de chez Hobbyking associé avec un Lipo 3S 22OOmAh 25C. J'ai mis un contrôleur que je possédais déjà muni d'un Ubec de 3A. ON aura 4min de propulsion, largement de quoi voler au moins 30min en plaine.

Les essais

Au bout d'une semaine, le Serenity était prêt. Je suis allé faire mes premiers vols sur une pente par un petit temps. Avec ses 300W, le Serenity, centré plan, part tout droit avec une pente de presque 45°. Après quelques secondes, j'ai arrété le moteur. Ce planeur et vraiment une bonne machine. Il accélére très franchement, passe toute la voltige, y compris les figures inversées, gratte bien, il est très sain en comportement. L'atterrissage est une formalité grâce à la combinaison ailerons et volets.

 

Les modifications

 

Pour les ailes, un travail supplémentaire mais qui vous sauvera de réparations plus tard, c’est de coller une fausse nervure sur les extrémités de la partie centrale, voire d'en faire une autre pour l'aile en vis à vis. En effet, en cas d’accrochage à l’atterrissage avec un bout d’aile, les clefs vont jouer, le fourreau va se fendre et la partie du bord de fuite risque d’être enfoncée par compression. Donc si une nervure est collée sur le champ de l’extrémité de la partie centrale, vous n’aurez plus à redouter ce problème qui m’est arrivé sans avoir nécessairement un choc violent.

 

 Pour le stab, il est indispensable de mettre des renforts de tissu ou mieux de carbone sur le côté reliant le fuseau et les pièces de bois afin de solidariser fortement les pièces de bois faisant l’assise du stab avec la poutre sur laquelle ils sont collés. Car lorsque l’on monte le stab en le vissant, les vis qui le maintiennent exercent une forte pression sur l’assise du stab et les pièces de bois finissent très rapidement par céder.